AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sato? Mais... Mon nom c'est Kiseki! {PV Shinji}

Aller en bas 
AuteurMessage
Kiseki Yaren

avatar

Masculin Messages : 229
Âge : 18 ans
Humeur : Go away!

Info&Co
Relation:

MessageSujet: Sato? Mais... Mon nom c'est Kiseki! {PV Shinji}   10.04.09 22:44

C’était un affreux malentendu. Un énorme malentendu. Un fucking concours de circonstances. Et Yaren ne savait même pas comment il avait pu se laisser embarquer là-dedans. A la base, c’était un lundi matin normal, qui avait commencé comme n’importe quel autre. L’adolescent avait décidé de sécher les cours, comme d’habitude, pour profiter de son temps libre pour dessiner, ou juste traîner dans l’appartement comme un zombie à la recherche du paquet de biscuit qui avait encore disparu. Au début, il s’était juste adossé à sa fenêtre, son carnet et crayon en main, pour représenter un immeuble un peu plus loin. Simplement, étant donné qu’il n’avait pas ses lunettes, ces dernières étant tombées dans l’escalier il y a quelques mois, l’opération s’avéra presque impossible. Tout en marmonnant quelques insultes à l’égard de sa ‘foutue vision qui marchait même plus correctement’ il décida de sortir. Ce jour là, occultant complètement ses vêtements habituels, il enfila un pantalon noir, une veste assortie avec une sorte de chaîne sur le devant ainsi qu’un des éternels t-shirt appartenant à son frère. Finalement, il aurait peut-être mieux fait de se balader dans son uniforme moche de lycéen. Ca lui aurait peut-être évité de se retrouver dans la situation dans laquelle il était actuellement. A la base, l’adolescent voulait juste aller voir l’immeuble qu’il comptait redessiner plus tard, n’ayant pas prit son carnet et son crayon avec lui. Cependant, son plan ne se passa pas exactement comme prévu. Alors qu’il traversait une grande place presque vide, avec un air sérieux et les mains dans les poches de son pantalon, un type louche apparu de nulle part. Vous savez, le genre de personne qu’on voit dans les vieux films, avec des lunettes noirs et un costume de pingouin. Et voilà que l’individu bizarre l’appelait ‘Sato-sâma’ et qu’il s’excusait de son retard et tout le blabla qui allait avec. Yaren, après l’avoir fixé pendant deux bonnes minutes, le temps que son cerveau comprenne la situation, se contenta de hausser les épaules en disant que ce n’était rien. Par contre, on ne lui laissa pas le temps de dire qu’il se nommait Kiseki et non Sato. L’omission d’un simple détail peu causer tant de soucis…

Yaren se demanda, assit dans une sublime voiture noire qui roulait rapidement dans les rues de la ville, comment il pouvait s’attirer autant d’ennuis. Après tout, ce n’était pas normal du tout, de se faire embarquer comme ça. Sans compter que le type qu’il venait à peine de rencontrer lui parlait comme s’il était le maître du monde. Monsieur ‘Sato’, celui dont on n’arrêtait pas de parler dans le véhicule, devait avoir un vague côté mégalo. Ou être une personne plutôt importante. Occultant le dialogue du pingouin, dont il ne comprenait absolument pas le contenu, le gamin laissa échapper un long soupir tout en regardant le paysage qui défilait. Plus le temps passait et moins il osait expliquer qu’il n’était pas ‘Monsieur Sato’. Après tout, qui sait ce que ces timbrés auraient pu lui faire en apprenant la vérité… Pourtant, lorsque le véhicule s’arrêta devant les ruines à côté de la ville, Yaren en oublia toutes ses inquiétudes. Il était dehors. En dehors de Tokyo. Dans un lieu éloigné. Non-compris dans l’espace de la ville. Dehors. Il n’était jamais sorti après tout. Et l’air admiratif qui brillait dans ses prunelles sombres à cet instant était suffisant pour qu’il accepte de faire tout ce qu’on lui disait, même jouer à être un type qu’il ne connaissait pas. Il se mit à marcher vers les ruines, ignorant totalement ce qu’on lui disait et s’assit sur les marches pour observer le paysage. Il laissa échapper un doux soupir tandis qu’il savourait le vent frais sur son visage. Ce dernier n’affichait pas la moindre trace de sourire… Pourtant, Yaren était heureux à cet instant… Disons qu’il ne savait plus sourire, voilà tout.

Au bout de quelques instants, lorsque le pingouin et ses compagnons se mirent à lui reparler, il se redressa rapidement, tentant de trouver quoi répondre à leurs questions à propos d’un échange d’informations auquel il ne comprenait rien du tout. Comment pouvait-on espérer qu’un gamin de dix-huit ans qui séchait les cours dès qu’il ne le pouvait puisse comprendre un plan nécessitant un minimum d’intelligence ? Et la peur reprit le dessus. Comme d’habitude. Après tout, le sale gosse détestait être entouré de gens. Même si ces derniers étaient moins d’une dizaine. Il se recula un peu, montant sur une marche pour dominer les membres du gouvernement qui lui parlaient et afficha un air aussi froid et dur qu’il le pouvait, même si ses yeux brillaient d’un éclat de peur.

« Je ne suis pas Sato-sâma ! Alors cessez avec tout ça ! »

S’écria t-il au bout de quelques secondes, tout en reculant encore, manquant de trébucher sur la marche suivante. Et, en voyant les airs de poissons rouges, bouches grandes ouvertes et airs idiots, des sbires de Sato, il se demanda où il s’était encore fourré. Dans des ennuis plus gros que lui, comme d'habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sato Shinji
Tête ✖
avatar

Masculin Dragon
Messages : 102
Age : 30
Humeur : ♪ Life for rent.

MessageSujet: Re: Sato? Mais... Mon nom c'est Kiseki! {PV Shinji}   11.04.09 0:38

Shinji s'observa une dernière fois dans le miroir. Brushing parfait, il était fin prêt à se rendre au meeting point de ses collègues ... qu'il ne considérait nullement comme des collègues d'ailleurs. Ces personnes étaient stupides. Enfin... qui ne l'était pas à côté de lui? Là était tout le problème. Shinji ne trouvait aucun humain à sa hauteur actuellement, et cela le lassait.
Mais ces gens possédaient une information que le Guide désirait, ainsi il ferait un effort pour ne pas leur casser le nez l'un après l'autre pour rendre sa vie un peu plus palpitante.

Cela faisait un moment qu'il ne s'était pas amusé, trop pris par son travail. Il fallait bien que Shinji pense à se défouler aussi... Mais pas aujourd'hui. Ce n'était pas le moment.

Le jeune homme se dirigea à l'extérieur de l'immeuble des Guides et démarra sa moto.
Enfilant entièrement son équipement, il l'enfourcha et s'engagea parmi les autres mortels afin de se rendre à son rendez-vous.

Là où il remontait aisément les files en moto, il ne put s'empêcher de sourire. Les voitures, agglutinées les unes contre les autres, semblaient faire du sur-place dans de magnifiques embouteillages s'étalant jusqu'à l'horizon la plupart du temps.
Le gouvernement devrait agir, pour le bien-être des citoyens; aménager ces routes différemments, en ajouter... que savait-il encore? Oh... Que faisait le gouvernement, on pouvait bien se le demander. Shinji étouffa un rire.
Pourquoi est-ce que les gens s'ennuyaient autant dans de si gros véhicules quand il en existait de plus petits capables de se faufiler où bon leur semblait?

Peu importait. Cela n'était pas le sujet du jour.
Shinji arriva rapidement au meeting point et stationna sa moto sur le trottoir prudemment.
Il prit le temps de retirer ses gants puis son casque pour remettre ses cheveux en place, bien que cela ne serait pas utile longtemps.
Le jeune homme savait très bien comment cela allait se dérouler. "Ooh montez dans notre superbe limousine de 800 002 mètres de long." Il en était tout simplement hors de question. Très peu pour lui. Il les suivrait en moto.
Même si Shinji aimait montrer sa richesse, dans une limousine cela ne servirait à rien. Personne ne le verrait à l'intérieur de toute façon, bien caché derrière des vitres teintées et résistantes aux balles.

Le dirigeant se demanda un instant pourquoi ce pré-rendez-vous alors qu'il savait très bien qu'ils allaient se rendre aux Ruines, comme les 263 autres fois où il avait fait affaire avec cette société d'informations, avec des sbires tous différents - pour plus de sécurité.
D'ailleurs, cela faisait 10 minutes que Shinji attendait. Cela était impardonnable. Comment des hommes d'affaires pouvaient se montrer aussi négligeants envers lui? Il leur ferait avaler leurs cravates pour un tel mépris.
Intolérable était le mot... A moins qu'il y avait eu un malentendu?
Et si ses collègues s'étaient directement rendus aux Ruines cette fois-ci?
Maintenant qu'ils étaient en retard, cela ne coûtait plus rien à Shinji d'aller vérifier de ses propres yeux.
Si il s'avérait qu'il s'était trompé, et bien, ces idiots en costumes attendraient. Cela leur ferait les pieds.

Shinji démarra sa moto puis enfila de nouveau son casque, suivi de ses gants.
Rapidement, il s'engagea derechef dans la circulation en direction des Ruines.

Quelques minutes après, le jeune Guide observait le magnifique paysage qui s'offrait à lui. Un endroit que les citoyens basiques ne verraient jamais. Maintenant, il savourait son privilège.
Cela ne dura cependant pas très longtemps.
Garant sa moto dans un coin discret, il aperçu sur la route principale menant à la Place des Ruines une limousine brillante.
Ces idiots s'étaient donc vraiment trompés.
Shinji avait bien fait de venir ici directement.

Le jeune homme se débarassa de ses gants, de son casque puis descendit de sa moto agilement.
Il fit quelques pas avant d'être soudainement captivé par la scène qui se déroulait devant lui.
Des hommes en costumes cravates avec une autre personne beaucoup plus ordinaire communiquaient. Tous les regards étaient figés sur lui et Shinji se demanda l'espace d'un instant qui ce type pouvait être.
Lorsqu'il entendit son nom résonner, le jeune gouverneur leva un sourcil. C'était une blague?

Son intelligence lui permit de comprendre de A à Z ce qui venait de se passer.
Leurs transmissions semblaient être de très mauvaise qualité pour pouvoir le confondre avec quelqu'un d'autre.
Shinji aurait dû se douter qu'un simple point de rendez-vous et une description rapide de son physique ne suffirait pas à des imbéciles avec un QI aussi bas de ne pas se planter lamentablement de personne. Une photo serait nécessaire la prochaine fois... Si il y avait une prochaine fois, car Shinji était fâché... Très fâché de cet incident.

A cet instant, un sourire s'afficha sur son visage.
Le jeune Guide s'approcha d'un pas sûr des hommes face à lui.
Il arrivait à un moment intéressant. Celui qui avait osé s'accaparer son identité avouait finalement qu'il n'était pas Sato.
Bien. Cela lui éviterait sans doute de finir au sol, accroché derrière sa moto...


Maa maa..., attira t'il l'attention.
Excusez-moi de déranger votre réunion tupperware, mais je n'ai plus d'essence alors je me disais que votre superbe limousine noire pourrait peut-être en fournir un petit peu à ma compagne?

Brusquement, l'un des hommes en costume s'approcha de Shinji pour le prendre par le col et le menacer.

<< Les citoyens n'ont pas le droit de sortir !! Comment t'es arrivé jusque là ?! >>

Parfait. Les humains étaient si prévisibles...

Bah... J'ai enfilé mon équipement, j'ai démarré ma moto, je suis ensuite monté dessus... Si si c'est vrai. Et ensuite, je suis venu ici.

Son ton était mielleux, provocateur, un sourire omniprésent sur son visage pour le rendre plus doux.
Cela faisait vraiment quelques semaines que Shinji ne s'était pas amusé.

L'homme d'affaire, qui le tenait toujours par le col, projeta le Guide violemment au loin.
Shinji remit son sweat en état.
Son humeur sembla changer du tout au tout soudainement. Son sourire disparut, laissant place à un visage fermé, froid et dur. Celui qu'il portait en tant que Guide.


Vous n'êtes tous qu'une bande d'incapables.

La crevette en costume-cravate qui venait de l'agresser sembla finalement comprendre ce qui venait de se passer et le doute s'empara clairement de lui.

Je suis Sato, annonça finalement Shinji.

La confiance et l'expérience que renvoyait le gouverneur suffirent pour confirmer son identité.


Tiens, viens voir... fit-il signe au rebelle.
Ce dernier s'approcha doucement du Guide, réalisant ce qui l'attendait.

<< J... Excusez-moi Sato-sama... J... Je ne savais pas que c'é..... >>

Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase que son visage goûtait déjà l'herbe des Ruines.
Un genou au sol, à côté de l'homme d'affaire qui semblait beaucoup moins impressionnant désormais, Shinji appuyait sur sa tête pour que cette dernière s'encastre encore un peu plus dans la terre.

Espèce de p'tit con.
Vas-y dis-le. Dis que tu es un petit con.


<< J... Je suis un petit con... >> dit l'homme avec un accent étrange puisque son visage était calé au sol.

C'est bien. Tu as bien appris ta leçon.

Le Guide se redressa avant de finalement donner un violent coup de pied dans le ventre de l'homme à terre.
Il dévisagea les autres sbires qui observaient la scène avec des bouches en "o" comme si ils venaient de voir Jésus Christ en couleur devant eux.

Ils se penchèrent en choeur pour accueillir Sato - le vrai cette fois-ci - et des excuses entremêlées résonnèrent.
Shinji s'approcha doucement et dévisagea celui qui avait osé se faire passer pour lui.
C'était un enfant... 18 ans? 19 peut-être? Il était mince, possédant une coupe de cheveux similaire à la sienne et de même pour la couleur. C'était sans doute ce qui avait trompé ces QI d'huîtres.


Passant près des hommes d'affaires sans broncher, il monta les quelques marches qui le séparaient de l'intru et se cala juste devant lui, sans aucune gène.

Tu te crois intelligent peut-être? Décline ton identité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiseki Yaren

avatar

Masculin Messages : 229
Âge : 18 ans
Humeur : Go away!

Info&Co
Relation:

MessageSujet: Re: Sato? Mais... Mon nom c'est Kiseki! {PV Shinji}   11.04.09 10:57

Encore une journée où il aurait mieux fait de rester enfermé dans son appartement. Comme les autres jours. Mais qu’est-ce qui lui avait prit de sortir? Remarquez mourir au milieu des ruines c’était plutôt classe. Et ça changeait de l’ordinaire, nan ? D’un autre côté, Yaren n’avait pas spécialement envie de perdre sa vie ce jour-là. C’est qu’il y tenait tout de même. Et puis, il avait un très léger doute sur les capacités des poissons devant lui. Même s’il savait qu’il ne fallait pas se fier aux apparences, il n’arrivait pas à se sentir menacer par les incapables devant lui. Ce qui ne l’empêchait pas d’avoir la trouille. Après tout, il avait un très léger doute tant qu’à ses chances de pouvoir revenir en ville. Cet endroit grisâtre dénué de joie lui manquait presque…

Le cours des pensées de Yaren fut cependant interrompu par un nouvel élément qui vint s’ajouter au passage. La mort. Ou plutôt un homme qui lui ressemblait un brin. Mais alors vraiment un brin. Ils n’avaient que la coupe de cheveux en commun, voilà tout. L’adolescent, tentant de maîtriser sa peur, lança un regard assez dubitatif aux hommes de mains qui tentaient de comprendre la situation. Même lui qui n’avait pas un QI très élevé avait déjà pigé qu’il s’agissait de ‘Sato-sâma’. Simplement, il se garda bien d’ouvrir sa grande gueule pour leur signaler. Il n’était pas masochiste non plus. Tout en se reculant encore d’une marche, nan il ne tentait pas de fuir mais pas loin, le gamin observa ‘Sato-sâma’ parler sur un ton un brin provocateur avec un sourire qui lui donnait presque amical. Insistons bien sur le mot ‘presque’. Parce que le voir faire voler dans le décor rayait tout de suite l’idée du côté amical. La situation devenait de pire en pire visiblement… Les yeux de Yaren s’écarquillèrent un brin de surprise tandis qu’il faisait de son mieux pour ne plus bouger, histoire de se faire un brin oublier. De toute manière, comme ses jambes étaient plus ou moins figées au sol par la peur, ce n’était pas si compliqué à faire.

L’air soudainement dur qu’afficha le maître de la situation donna quelques sueurs froides au gamin. Bon sang, ce type avait l’air assez autoritaire quand même. Et il se demandait vraiment comment on avait réussi à les confondre. Yaren avait beau souvent afficher un air sévère ou colérique, ce n’était rien comparé à l’expression qu’affichait cet homme. En matière de classe, le sale gosse était vraiment très très loin derrière Sato. Tch, baka gaki, ce n’était pas le moment de passer de la peur à l’admiration pour ce type… Mais Kiseki ne pouvait s’empêcher de trouver l’aîné ‘classe’, surtout lorsque ce dernier fit manger de l’herbe à l’autre crétin qui l’avait forcé à venir ici. Bien fait, les pingouins ne gagnent jamais ! Décidément, Yaren était incapable de se concentrer sérieusement sur une situation plus de cinq minutes sans se laisser distraire. Même si la lueur d’admiration qu’il avait dans son regard ne lui servait strictement à rien. Bon, il avait tout de même moins l’air d’un membre du fan club officiel de Sato que les autres crétins présents. Et heureusement.

Et puis l’homme s’adressa alors à lui, après s’être approché. Voilà, sa fin était proche. Pour une fois, Yaren décida de moins faire le sale gosse que d’habitude, question de survie et se contenta tout d’abord d’hocher négativement la tête, pour signifier que non, il ne se croyait pas intelligent. Et puis, tout en reprenant son air habituel, soit un mélange de froideur et de colère, il répondit à ce qu’on lui demandait. Sa voix tremblait très légèrement mais il refusait de se laisser impressionner. Enfin, il tentait. Avec un pourcentage de réussite tournant autour du cinquante pourcent.

« Kiseki Yaren… Sato-sâma. »

Nan, il l’avait dit… Il avait appelé l’autre ‘Sato-sâma’. Mais quel crétin… Bon, d’un autre côté, la politesse c’était peut-être bien mais ça ne servait pas à grand-chose pour sauver sa peau. Quoiqu’un avec un miracle… L’adolescent hésita quelques secondes à rajouter quelque chose. Après tout, se la fermer semblait être une idée plus intelligente et moins dangereuse.

« Vos stupides pingouins m’ont traîné de force ici. Ils sont cons. »

Yaren étant Yaren, il était évident qu’il n’allait pas prendre le choix le plus intelligent. D’un autre côté, il était juste un gamin de dix-huit ans, donc c’était excusable. Et puis, dans le pire des cas, son sang repeindrait un peu les murs grisâtres des ruines. L’adolescent affichait un air un de sale gamin qui se permet de dire des choses sans vraiment mesurer le poids de ses paroles. Et lorsqu’un sbire, un peu plus loin, osa dire quelque chose comme quoi ce gamin était suicidaire, il se contenta de pencher un peu la tête sur le côté, cessant de regarder Sato quelques instants, pour lui tirer la langue. Et quelques secondes plus tard, son regard sombre et dénué de la moindre joie se posa sur l’homme qu’il observa un peu plus en détail. Il devait avoir dans les vingt-deux ou vingt-quatre ans. Peut-être plus… De toute manière, Yaren n’avait jamais été très doué pour définir l’âge des personnes qu’il rencontrait. Sato avait également un air classe et sûr de lui que son cadet ne possédait pas. Ce qui l’énervait un peu d’ailleurs. Il aurait bien aimé avoir autant de pouvoir et de confiance en lui, histoire de pouvoir se venger un peu des gens qu’il n’aimait pas. Mais ça, c’était une autre histoire. En tout cas, Ya-chan semblait plutôt doué pour soutenir le regard d’une personne. Même lorsque sa seule envie était de fuir.

« Vous êtes classe. »


Ce gamin enchaînait vraiment les gaffes. Et le fait que ça venait de lui échapper sans même qu’il ne se rende compte ne comptait absolument pas. Il n’y avait que l’étudiant pour sortir ça tout en affichant un air de sale gosse pareil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sato Shinji
Tête ✖
avatar

Masculin Dragon
Messages : 102
Age : 30
Humeur : ♪ Life for rent.

MessageSujet: Re: Sato? Mais... Mon nom c'est Kiseki! {PV Shinji}   11.04.09 12:00

L'enfant face à lui hocha négativement la tête pour lui signifier que "non effectivement", il n'était pas intelligent. Bientôt, ce dernier se présenta. Kiseki Yaren. Shinji ne retiendrait pas son nom longtemps, mais il promettait de rire un bon coup lorsqu'il le verrait apparaître dans le journal à la rubrique 'décès'.
Quel honneur.
Néanmois... Kiseki Yaren eut le courage de dire quelque chose qui pencha la balance de son côté.


« Vos stupides pingouins m’ont traîné de force ici. Ils sont cons. »

Un sourire en coin s'afficha sur le visage de Shinji, aussi rapide qu'un éclair que cela ressembla à une grimace. Ce jeune gosse avait eut le courage d'ajouter quelque chose sans que le Guide ne le lui demande. Cela aurait pu être perçu plutôt négativement, cependant, dans cette situation, cela était positif. Son argumentation tenait la route. Et Shinji aimait les argumentations qui tenaient la route.

Puis, le gouverneur fut surpris par la réaction de Yaren, sans pour le moins le montrer sur ses traits. Les expressions de visage n'était pas quelque chose dont il raffolait.
L'enfant détourna le visage pour tirer la langue avant de reposer son regard sur lui.
L'un des sourcils de Shinji se releva, observant l'étrange spécimen face à lui. Quelle était l'utilité de ce qu'il venait de faire?
Si il y avait quelque chose que le Guide détestait, c'était bien les choses inutiles...

Shinji n'était pas en colère. Même si il avait une forte envie de gifler ce garçon, il avait actuellement envie de jouer avec avant de passer à l'action.
C'était tellement plus amusant de rassurer les gens puis de brusquement détruire le peu de confiance en eux qu'ils avaient tenter de reprendre. Ils tombaient d'autant plus bas.



« Vous êtes classe. »

Shinji laissa ses yeux détailler l'idiot face à lui.
Il parlait beaucoup pour ne rien dire.
Ce n'était pas que le gouverneur ne supportait pas que l'on lui fasse des compliments, cependant, il ne lui avait pas autorisé à ouvrir la bouche.


Tu parles beaucoup, dit-il d'un ton glacial.

Descends, ajouta t-il alors, identique à lui-même, stoïque au possible.

Brusquement, Shinji passa la main dans le dos de Yaren avant de s'écarter et de le pousser agressivement du haut des marches pour qu'il retourne sur la terre ferme.

Le gouverneur s'assit sur l'une des marches, comme si il s'asseyait sur son trône. De là où il était, même assis, il dominait quand même de par sa hauteur.
Shinji avait pratiquement oublié pourquoi il était venu jusqu'ici à la base.
Il jouait avec la marchandise, et il finirait peut-être par le regretter en perdant l'information qu'il convoitait, mais peu importait. Cette information, il l'aurait, même si il devait mettre au profit ses astuces de torture pour cela. A cette idée, un léger frisson de plaisir traversa le corps du Guide.
Restons calme. Chaque chose en son temps.


Shinji posa de nouveau ses yeux sur le gosse.

Vas-y, dis leur qu'ils sont cons, s'exclama t'il avec un mouvement de tête en sa direction.
Je te l'autorise, reprit-il, comme pour préciser.

Son regard dériva sur les "pingouins" comme Yaren les appelait.


Vous n'allez pas vous laisser insulter par un enfant quand même. Roh... Défendez-vous.

Les monter l'un contre les autres? Pas vraiment. Quoi que... Mais en réalité, c'était plutôt pour semer le doute dans leur esprit.

Shinji cala son visage dans la paume de sa main, savourant le spectacle face à lui.
Yaren semblait un peu trop sûr de lui, et le gouverneur voulait voir jusqu'où ce gosse pouvait aller. Si il n'avait pas froid aux yeux, le Guide ferait en sorte que cela change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiseki Yaren

avatar

Masculin Messages : 229
Âge : 18 ans
Humeur : Go away!

Info&Co
Relation:

MessageSujet: Re: Sato? Mais... Mon nom c'est Kiseki! {PV Shinji}   11.04.09 12:40

On ne provoque pas les gens plus forts que soi. Cette phrase, Yaren l’avait entendu environ deux mille trois cent fois de la part de son frère aîné. Et, visiblement, ça ne rentrait toujours pas dans sa petite tête. D’un autre côté, ce n’était pas étonnant lorsqu’on connaissait l’individu. Le gamin n’était pas le genre à obéir à qui que se soit ou à écouter les autres. Et qu’importait les ennuis qu’il s’attirait. La cicatrice qu’il avait au front, cachée par sa frange, le prouvait. Faire en sorte que les gens soient en colère et veuillent le tuer ne lui faisait ni chaud ni froid. Puisque, la plupart du temps, il les mettait au tapis sans le moindre problème. Les années de combats qu’il avait eu avec ses camarades de classe semblaient lui avoir plutôt bien profité. Simplement, il y avait une différence entre mettre à terre deux crétins de sa classe et toute une bande de type entraînés. Mais bon, Yaren n’était pas vraiment le genre à faire attention à ce type de détails qu’il jugeait dénués d’importance. Tout en manquant de trébucher lorsque l’autre le poussa dans les marches, il eu, durant quelques secondes, l’idée de se retourner vers son aîné pour lui lancer un regard noir mais se retint de le faire. Instinct de conservation.

Une fois en bas des marches, il dévisagea les pingouins devant lui, observant comment leurs regards allaient de lui à Sato-sâma. Pauvres petites choses incapables de penser par elles-mêmes. L’adolescent détestait les pantins. Ces abrutis notoires qui ne valaient rien et qui ne faisaient que squatter dans le paysage. Ça lui donnait vraiment envie de les frapper. Cependant, ce n’était pas parce qu’il était un gamin colérique que Yaren était si débile que ça. Et foncer dans le tas ne paraissait pas véritablement être une bonne idée. Tournant la tête vers Sato, pour lui lancer un air un peu sombre, il écouta l’autorisation qu’on venait de lui donner et hocha légèrement la tête. Chouette, on lui donnait la permission de se venger un brin. Même si, d’un autre côté, il ne savait pas ce qu’il risquait par la suite. Qui s’en souciait. Quitte à vivre sa propre mort, autant s’amuser à brin avant, non ? D’ailleurs, la seconde phrase que lança le maître-du-monde-ou-presque du haut de ses marches fit passer un éclat très légèrement amusé dans les yeux de Yaren, même si son visage resta stoïque, comme toujours.

« Je ne savais pas que les pingouins savaient se défendre. »


Lança t-il sur un ton assez froid, tout en regardant avec attention les huîtres qui squattaient sans rien faire. Le sale gosse avait la mauvaise manie d’être assez provocateur naturellement mais lorsqu’il était dans une situation où on l’autorisait à le faire, c’était encore pire. La peur avait complètement disparu de lui à ce moment, remplacée par l’envie de frapper tous ses crétins jusqu’à ce qu’ils soient à terre. Et le fait que le pourcentage de réussite de cette idée avoisinait les deux pourcent ne le dérangeait pas vraiment. Yaren perdait parfois des combats après tout. Même assez souvent, puisqu’il était généralement seul contre tous. Quelques bleus, un bras cassé, ça ne lui faisait plus grand-chose à présent.

« Hoi. Vous allez rester comme des piquets à avoir des têtes de cons et à attendre un ordre ? Ne soyez pas si choqués. Vous le savez que vous êtes cons à force, nan ? Vous ne savez rien faire par vous même, pingouins ? »

S’écria t-il tout en avançant d’un pas, avec un air encore plus froid qu’avant. Il sentait que les hommes de mains de Sato commençaient à s’énerver un brin et ça l’amusait. Après tout, un adversaire colérique était un adversaire faible. Pour être une personne colérique, Yaren le savait plus que bien. Après tout, il ne comptait plus le nombre de fois où il s’était fait écrasé juste parce qu’il était trop énervé pour se rendre compte de ce qu’il faisait. C’est ainsi que lorsqu’un des hommes s’avança pour le frapper, il fit un brusque mouvement sur le côté avant de lui donner à la fois un grand coup de coude dans le dos, profitant qu’il est perdu son équilibre, avant de le frapper dans la jambe, pour qu’il se retrouve au sol. Lui écrasant le dos avec sa chaussure, le gamin lui lança un regard noir avant de soupirer en se tournant vers les autres.

« Tch. Vous vous laissez faire par un gamin, les vieux ? »

Yaren posa ses prunelles sombres sur eux, dévisageant avec froideur ces individus qui ne rêvaient que de vengeance. Pathétiques créatures. Il les détestait déjà. Voyant que plus aucuns d’entre eux ne bougeait, sans doute en attente d’un ordre de Sato ou bien par absence d’envie de finir comme le type écrasé face contre terre, l’adolescent se tourna vers le chef du groupe, son air froid habituel au visage. Et oui, il savait qu’il ne fallait jamais tourner le dos à ses adversaires mais il se savait assez rapide pour pouvoir se retourner et les mettre à terre s’ils s’approchaient.

« Ces trucs sont pas vos meilleurs hommes de mains quand même ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sato Shinji
Tête ✖
avatar

Masculin Dragon
Messages : 102
Age : 30
Humeur : ♪ Life for rent.

MessageSujet: Re: Sato? Mais... Mon nom c'est Kiseki! {PV Shinji}   13.04.09 12:56

Il suffisait d'attiser le feu pour que Yaren finisse par l'allumer, mais pas au briquet, plutôt au lance-flammes. Les remarques que ce jeune garçon se permettait de faire étaient plutôt crues malgré le fait qu'il soit seul contre "tous". Shinji se demanda un instant si il ressentait de la peur sous sa carapace ou si il était totalement inconscient.
Le Guide observa la moindre situation, l'analysant sans trop de difficulté, ce qui lui permit de faire des pourcentages et de calculer les probabilités de chaque prochaine situation.
Bien sûr, les hommes d'affaires ne bougeaient pas sous la provocation de Yaren. Ils étaient entrainés pour ça. Tant que Sato n'autoriserait pas clairement le combat, ils n'étaient pas en mesure de se battre.

Le comportement de Yaren semblait avoir changé. Il était plus stoïque même si son corps communiquait tout autre chose. Un sourire apparut sur le visage de Shinji à cette constatation. Ce jeune garçon était colérique. Qui était colérique gérait mal ses émotions, et qui gérait mal ses émotions était faible. C'était aussi simple que cela.
Soudainement, le Guide eut encore plus envie de le voir se battre. Animant sa jambe en soulevant le talon du sol et en le reposant de façon répétitive, comme si il était impatient, maintenant il voulait voir ce que ce jeune idiot valait au corps à corps.
Ce dernier, lui, semblait poursuivre son aisance à trouver des mots adaptés pour tenter de dérider la meute face à lui.
Shinji se permit alors de lever un bras et de leur faire un signe en brassant l'air vers eux, comme pour autoriser ces incapables à bouger, ne serait-ce qu'un peu. Eux aussi étaient énervés. Ca alors... Etaient-ils frustrés de se faire insulter de la sorte sans avoir obtenu plus tôt l'accord du Guide pour se défendre?
Ce serait donc un combat de faible contre faibles.

Rapidement alors, l'un d'entre eux s'exécuta. Il s'avança rapidement, classiquement dans le but de frapper l'enfant, mais ce dernier se semblait pas décidé à se laisser faire. Yaren se décala vivement pour immobiliser de douleur le dos de son adversaire avant de finalement le mettre au sol en annihilant ses jambes. Résultat des courses: le "pingouin" - qui méritait actuellement bien ce nom pour être aussi peu puissant - se retrouva ventre à terre, le pied du gamin sur le dos pour neutraliser toute tentative de vengeance de sa part.
Charmant.

Shinji remarqua que les autres hommes d'affaires ne bougeaient pas. Ils s'étaient rendus compte qu'il n'était pas aussi aisé de frapper le gamin ainsi ils désiraient opérer différemment. Voilà... Enfin ils mettaient leurs cerveaux à profit. Ainsi, ils restaient immobiles, peut-être un peu décontenancés par le résultat de leur première attaque, mais aussi pour élaborer avec leurs petits QI.

Le Guide aurait bien laissé cela se produire, voulant observer ce que ces costumes-cravates savaient faire lorsqu'ils utilisaient leurs neurones, mais le gosse en décida autrement.
Bientôt, il vit ce dernier se tourner vers lui. Shinji releva un sourcil. Il y avait encore 12 hommes derrière lui et il se préoccupait du gouverneur?
Soit.


« Ces trucs sont pas vos meilleurs hommes de mains quand même ? »

Le jeune homme resta stoïque face à la remarque de Yaren. Savait-il au moins de quoi il parlait?
Shinji analysa derechef la situation afin de la mettre à jour dans son esprit, rapidement mais complètement. L'enfant était en train de prendre confiance en lui malgré une colère toujours présente. Il semblait avoir prévu autre chose avec ses hommes, ainsi, le gouverneur s'amuserait à le surprendre. Il n'y avait rien de mieux. Un frisson de plaisir traversa le corps du Guide.

Il se redressa alors des marches, et une fois debout entreprit de descendre lentement ces dernières une par une, comme pour montrer sa supériorité au passage mais d'une façon tout à fait naturelle.
Finalement, Shinji daigna ouvrir la bouche et utiliser de la salive.


Ta maman ne t'a jamais dit que...

Son ton était froid et calme, comme toujours. Son visage n'affichait aucune expression. Son corps était dénué de tension ou de ressenti particulier. Shinji ne communiquait rien, à part de la froideur.
Poursuivant son avancée vers Yaren, le Guide se dit que ce gamin lui rappelait son enfance: incapable de contrôler ses émotions, incapable de ne pas s'emporter durant un combat. C'était la clé de la défaite. Ainsi, il avait entreprit un long travail sur lui-même pour pouvoir devenir ce qu'il était aujourd'hui. Sa meilleure arme était le contrôle, de lui, de l'environnement, de la situation, de tout.

Le gouverneur se stabilisa devant Yaren. Son regard le prit naturellement de haut, sans le moindre effort.


... L'on n'est jamais mieux servit que par soi-même.

Lui laissant quelques secondes de réflexion pour que le gosse réalise ce qui allait se dérouler maintenant, Shinji enchaîna par la suite un violent coup de poing dans le ventre de son adversaire avant de faire le tour de ce dernier et de placer son bras autour de son cou pour l'immobiliser, plaquant le dos du gamin contre son torse pour mieux l'annihiler. Le "pingouin" au sol pu alors se dégager rapidement et s'éloigna pour laisser le champ libre à la nouvelle confrontation qui allait avoir lieu.

Tu n'as aucun équilibre psychique et cela se répercute sur ton équilibre physique.

Shinji le tira brusquement vers lui pour lui couper l'espace d'un instant la respiration plus violemment, et profita de ce temps pour béquiller ses genoux et le mettre bientôt au sol, un pied sur son dos. Tiens tiens, comme ce que l'enfant avait fait précédemment contre son adversaire.

Le gouverneur décala son pied sur la tête de Yaren. Sadique jusqu'au bout, il l'écrasa un petit coup avant de se contenter de faire pression.


Je devrais te mettre en pièces pour te faire payer tes faiblesses...

Shinji inspira profondément. Il ressentait un profond désir de le massacrer. Cependant, il n'avait jamais perdu son objectif premier, même si son sadisme désirait vivement prendre le dessus sur ses résolutions.
Retirant calmement son pied - comme toujours - il donna un dernier coup avec dans le ventre de Yaren.
Attaquer un homme au sol n'avait jamais été dépravant pour lui. C'était comme ça. Il aimait même les achever à petit feu de cette façon. Jouer, encore jouer et toujours jouer avec les vies. Il n'y avait rien de plus excitant... Mais le Guide se recula.


Tu as du potentiel cependant, tu devrais apprendre à t'en servir.

S'accroupissant à côté de lui, le gouverneur passa sa main dans les cheveux de Yaren avant de les attraper entre ses doigts.

Mon pauvre petit rat...

Shinji lui adressa un bref sourire moqueur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiseki Yaren

avatar

Masculin Messages : 229
Âge : 18 ans
Humeur : Go away!

Info&Co
Relation:

MessageSujet: Re: Sato? Mais... Mon nom c'est Kiseki! {PV Shinji}   13.04.09 14:00

Finalement, le gamin aurait mieux fait de fermer sa grande gueule au lieu de s’amuser à s’attirer encore plus de problèmes. Pourtant, ça n’avait rien étonnant. Lui-même savait parfaitement que ses actions étaient souvent dénuées de sens et qu’il tendait le bâton pour se faire massacrer à chaque fois qu’il se battait. Yaren n’avait pas apprit à se battre avec les règles, il n’avait aucune notion de ce qu’il fallait faire ou pas. Lui, il agissait comme un animal sauvage, toujours prêt à attaquer pour se défendre. Un sale gosse qui n’écoutait jamais les autres parce qu’il pensait qu’on ne pouvait compter que sur soi-même. Même lorsqu’il rencontrait un adversaire plus fort que lui, il ne s’avouait pas vaincu tant qu’il pouvait encore se battre et même s’il était dans un état lamentable à la fin du combat. Cependant, il n’irait jamais loin comme ça, cet enfant arrogant et dépourvu de réflexion. Il avait besoin d’une bonne leçon. Il avait besoin de comprendre que le monde n’était pas son terrain de jeu et qu’il n’était qu’un vulgaire pion dans le paysage. D’un autre côté, personne n’avait encore réussi à lui faire comprendre ça malgré les années qu’il avait passé à se battre alors ce n’était pas gagné. Le sale gosse avait beau dire que c’était idiot d’agir par colère, son corps ne bougeait que grâce à cette dernière et il réfléchissait peu en se battant. Ce qui allait finir par lui coûter cher.

D’ailleurs, lorsque Sato s’approcha de lui, sa colère ne fit qu’augmenter, se mêlant à la peur qu’il commençait à ressentir. Ce type n’était pas comme les autres. Il y avait quelque chose chez lui qui imposait un mélange de respect et d’envie de fuir. Ce que Yaren détestait profondément parce qu’il estimait qu’il ne devait avoir peur de personne. Sans compter qu’il n’avait jamais porté de respect à qui que se soit en dix-huit ans d’existence. Alors ce n’était pas aujourd’hui qu’il allait commencer… Ou peut-être que si en fait.

Il n’eut même pas le temps de répliquer face aux paroles de son aîné qu’il se prit un coup assez violent dans le ventre, lui faisant serrer les dents. Celui-là, il l’avait pratiquement vu venir, mais son cerveau, embrumé par la colère, n’avait pas été assez rapide à réagir. Sans compter que l’individu en face de lui était visiblement un combattant entraîné. Un professionnel. Ce que Yaren était très loin d’être. Immobilisé contre Sato, il se contenta de tenter de se défendre en hurlant de colère, sans même réfléchir à la stupidité de ses actions. Cependant, la phrase qui suivit, celle à propos de son équilibre psychique, fit taire le garçon en quelques secondes. Il eu envie de répliquer, de dire que c’était un mensonge mais sa respiration fut coupée au même instant et avant qu’il ne puisse réaliser ce qui arrivait, il se retrouva au sol. Le pied de l’autre sur sa tête lui donna une impression… De faiblesse pure.

Ses doigts s’enfoncèrent sur le sol tout en se serrant de colère. Il tenta de se relever mais échoua lamentablement. Jamais il ne s’était sentit aussi humilié dans toute son existence. Et c’était bien fait. Peut-être que comme ça, il a allait piger qu’il ne valait pas grand-chose. Le coup de pied qu’il reçu dans son ventre lui arracha un gémissement mêlant colère et douleur. Sa fureur ne voulait pas se calmer, elle refusait de disparaître. Et les yeux de l’adolescent brillaient de colère mais aussi de honte. Après tout, ce n’était pas tous les jours que quelqu’un le traitait comme ça. Allongé sur le dos, une main posée sur son ventre, le gamin tenta de reprendre sa respiration, tout en fixant le ciel bleu au-dessus de lui. Ce n’était pas la douleur qui le dérangeait. Il avait déjà vécu bien pire… A cet instant, il se demandait cependant pourquoi est-ce qu’il était encore en vie. Sato ne semblait pas exactement du genre à laisser vivre ses victimes après tout.

Le gamin tenta de tourner la tête vers l’adulte en l’entendant parler. Du potentiel, hein ? Tout en se faisant écraser comme ça ? L’adolescent plissa les yeux quelques secondes, sans vraiment comprendre ce que Sato voulait dire par là. Sentant la prise sur ses cheveux, celui qui venait de se prendre une sacrée raclée retient un gémissement de douleur en se mordant la lèvre de toutes ses forces. Même en sachant qu’il était faible, il ne voulait pas l’être encore plus. Typique de Yaren sans doute. Le jeune garçon capta alors le sourire moqueur sur les lèvres de son vis-à-vis et fut bien tenté de lui renvoyer la pareille en affichant la même expression mais il avait oublié comment sourire depuis beaucoup trop longtemps pour ça.

« Apprenez-moi… »

Sa voix était assez basse, parce qu’il avait un peu du mal à parler, son corps lui faisant un mal de chien. Mais cela ne l’empêcha pas de tenter de regarder Sato dans les yeux. A cet instant, Yaren semblait un brin moins en colère, plutôt… Impressionné. Mais cela ne l’empêchait pas de conserver cette lueur méfiante, d’animal sauvage qu’il avait toujours eu.

« A être comme vous… »

Il manqua aussi de lui hurler dessus pour lui dire de ne pas le traiter de rat mais, pour la première fois de sa stupide existence, il décida de se taire. Une preuve de respect rare de sa part envers Sato. Mélangée à un vague instinct de conservation, il faut bien l’avouer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sato Shinji
Tête ✖
avatar

Masculin Dragon
Messages : 102
Age : 30
Humeur : ♪ Life for rent.

MessageSujet: Re: Sato? Mais... Mon nom c'est Kiseki! {PV Shinji}   19.04.09 2:57

L'agitation de Yaren ne faisait que confirmer tout ce que Shinji venait de dire. Cependant, il commençait à montrer un certain respect face au gouverneur, et c'était déjà ça de positif.
Toujours accroupi à côté du gamin avec une main dans ses cheveux pour l'immobiliser, Shinji l'observa. Il semblait plus souffrir mentalement que physiquement et il n'y avait rien de mieux pour combler le Guide.

Mais bientôt, Yaren prononça des mots dont il ne semblait pas mesurer l'ampleur.
Il venait de lui demander d'être son disciple?
Le regard de Shinji devint encore plus noir que précédemment.


Debout.

Brusquement, le gouverneur se releva et entraîna avec lui le gamin par les cheveux.
Pouvait-il réellement s'occuper de lui? Le Guide n'avait pris sous son aile qu'une personne jusqu'à maintenant; une femme qui aujourd'hui était désormais particulièrement à son service, mais aussi à celui du gouvernement bien sûr. Cela semblait logique.
Shinji se souvint de tout le travail que cela avait engendré. Il avait voulu la rendre parfaite et à ses yeux, elle l'était. Pouvait-il de nouveau recommencer avec ce colérique enfant?
Délivrant ses cheveux, le gouverneur l'observa de bas en haut.


Quel âge as-tu?

Avant tout, il devait vérifier cette donnée. Certes, il avait déjà une petite idée de la réponse, mais il valait mieux être prudent.
Si Yaren devenait son disciple, il fallait qu'il ait dans l'intention de le servir par la suite, sinon cela ne lui rapporterait rien du tout, ainsi pensait-il à une future conversion du gamin en l'une des 26 lettres du gouvernement. Cependant, l'idée d'étendre son influence à des fins personnelles semblait être un bon compromis pour Shinji.

Le Guide fit doucement le tour de Yaren, comme pour mieux le détailler.
Les hommes d'affaires l'observèrent, n'osant pas intervenir dans ce qui était en train de se jouer actuellement. A vrai dire, c'était un choix judicieux si ils ne voulaient pas se retrouver en mauvaise posture.

Ce gamin avait un potentiel et Shinji détestait le gâchis, ainsi sa décision était déjà pratiquemment prise. Néanmoins, il devait vérifier les motivations de ce dernier afin de ne pas perdre le contrôle de ce type une fois qu'il serait fort.


Et donne-moi une seule bonne raison pour laquelle je devrais faire ça pour toi?

Le gouverneur le bouscula volontairement avant de se caler de nouveau face à lui.

Seras-tu reconnaissant de ton apprentissage et serviras-tu mes causes sans poser la moindre question?

Même si Shinji était désormais beaucoup moins dans l'idée de sadiser Yaren, cela n'empêchait pas qu'il soit égal à lui-même, méprisant et hautain. Sa voix ne démontrait aucun signe de sympathie envers cet enfant, et même si ce dernier lui jurait fidélité, cela ne changerait pas.

Au moins, Yaren venait d'échapper à la torture du Guide; il survivrait. Mais à quel prix. Si il acceptait de devenir son disciple, ne serait-ce pas encore plus difficile pour lui?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiseki Yaren

avatar

Masculin Messages : 229
Âge : 18 ans
Humeur : Go away!

Info&Co
Relation:

MessageSujet: Re: Sato? Mais... Mon nom c'est Kiseki! {PV Shinji}   19.04.09 12:00

Le gamin ne semblait pas vraiment réaliser les ennuis qu’il venait de s’attirer. Certes, il venait d’éviter la mort, la torture et tout ce qui allait avec. Mais était-ce vraiment une bonne idée ? Honnêtement, Yaren ne s’en souciait pas le moins du monde. Son esprit ne s’arrêtait que rarement à de simples détails comme ça. Non, ce qui l’intéressait c’était juste de devenir plus fort qu’il ne l’était. Et si le prix à payer pour ça était important, alors il le payerait sans la moindre hésitation. C’était comme ça qu’il fonctionnait, ce sale gosse. Lorsque Sato le tira par les cheveux tout en lui disant de se relever, il manqua de lui lancer un regard noir, mais se retint, tout en jurant intérieurement. En se redressant, il sentit quelques unes de ses articulations craquer un brin et ça ne lui fit pas fait plaisir. D’un autre côté, après la joyeuse séance de coups qu’il venait de subir, c’était un brin normal que son corps soit douloureux. Une fois qu’il fut plus ou moins libre de ses mouvements, il n’avait pas vraiment envie de bouger pour l’instant, la première réaction de l’adolescent fut de passer une main dans ses cheveux pour les remettre de leur manière habituelle. C’est qu’il y tenait un brin tout de même, à cette masse ébouriffée. Puis, il laissa son bras retomber le long de son corps avant d’écouter la question qu’on lui posait.

« Dix-huit ans. »

Pas un mot de plus, pas un mot de moins. Yaren n’avait plus vraiment envie de faire le malin et de rajouter des phrases inutiles à ses paroles. Ca lui avait déjà coûté assez cher comme ça, pas besoin d’en rajouter. Même lui n’était pas assez suicidaire pour continuer dans la provocation avec quelqu’un d’aussi dangereux que Sato-sâma. Tout en tentant de ne pas bouger lorsque l’homme fit le tour de sa personne, il se mit, enfin, à réfléchir un peu sur sa situation. S’il était engagé par le sadique de service, qu’allait-il devenir ? Peut-être un sadique aussi. Mais ça ne lui posait pas vraiment de problèmes. Lui, il voulait juste pouvoir être assez fort pour pouvoir se défendre contre ceux qui lui posait problème et attaquer ceux qui l’énervait. Après, le reste n’était que l’équivalent des petites lignes d’un contrat pour lui. Il ne les lirait jamais, ne s’en souciait pas et n’en prendrait conscience de bien trop tard. Comme la plupart des gens.

Ah, il lui fallait une raison… Le bagarreur ne savait pas vraiment quoi dire et il se mordilla un brin la lèvre inférieure quelques instants, tout en réfléchissant. Dans le fond, il n’en avait pas vraiment… Et il n’avait pas envie de mentir, surtout qu’il était nul à ça. Tandis qu’il cherchait, en vain, à savoir quoi répondre, la bousculade infligée par Sato lui remit un brin les idées en place. Pourquoi s’embêter à chercher quelque chose qui n’existait pas ?

« J’en ai pas. J’ai pas besoin de raison pour agir. »

Répliqua t-il sur un ton vif mais dénué de colère. La dernière question qu’on lui posa le fit douter quelques instants. L’adolescent se connaissait un peu. Il savait bien qu’il ne respectait que rarement les gens et qu’il n’agissait que pour ses propres intérêts. Alors pouvait-il prétendre servir quelqu’un sans jamais tenter de se rebeller ? Oh, tant que l’aîné restait plus fort que lui, il ne tenterait sans doute jamais de le tuer pendant son sommeil. Parce qu’il avait tout de même une très légère envie de vengeance suite à ce qu’il venait de subir. Yaren fini cependant par prendre sa décision et il afficha un air honnête tout en hochant la tête.

« Je vous en serai reconnaissant. Et je n’aime pas me poser des questions. Je veux juste devenir comme vous.»

Bon, on en était pas encore à 'mourir pour vous servir' mais c'était déjà bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sato? Mais... Mon nom c'est Kiseki! {PV Shinji}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sato? Mais... Mon nom c'est Kiseki! {PV Shinji}
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Temps passe, mais les Souvenirs restent.
» [Demande conseils] Chèque envoyé mais n'arrive pas à destination !
» Kiseki wa okoranai - Masara Minase
» [Steiner, Alec] Transports parisiens Tome 1 : Mais qui est cette personne allongée dans le lit à côté de moi?
» Ils ont des chapeaux ronds, mais sont ils bretons ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Name :: 
Les Alentours
 :: Les Ruines
-
Sauter vers: